Des histoires vraies pour la planète

demain

Le film Demain montre des initiatives citoyennes réussies dans le domaine de l’alimentation bio, des énergies renouvelables et de l’éducation. Il fait connaître les pionniers qui bâtissent un nouveau modèle de société. L’enthousiasme suscité par ce film a mis en lumière une tendance plus large encore, qui se décline sous forme de livres, pièces de théâtre etc…

Demain

L’histoire du film Demain pourrait elle même faire l’objet d’un film : les réalisateurs sont partis de presque rien pour construire un vrai phénomène de société. Au départ il y a une association, Colibris, dont le principe est simple : nous souhaitons tous un monde plus soucieux de l’environnement et plus solidaire et nous constatons que les solutions ne viendront pas des élites. Dans ce cas, pourquoi ne pas agir nous mêmes ici et maintenant, entre voisins, au sein de l’école de ses enfants ou dans son entreprise, pour construire ce monde que nous souhaitons ? Jardins partagés, agriculture biologique, habitat basse consommation, coopératives citoyennes d’énergies renouvelables… telles sont les actions qu’initie et accompagne le mouvement Colibris.

Cyril Dion, cofondateur de cette association, constate rapidement que les citoyens sont très réceptifs à ce message et s’impliquent en grand nombre. Mais les médias restent silencieux sur ce sujet pas assez captivant à leur goût. Pourquoi ne pas faire un film montrant qu’il s’agit d’un élan mondial et que « des solutions existent partout dans le monde » comme le dit le sous-titre de son film Demain ? L’actrice Mélanie Laurent le rejoint dans son projet et ils lancent une grande campagne de financement participatif. Leur objectif est très ambitieux : réunir 200.000 euros. Mais ils sont loin de mesurer l’engouement du public : non seulement ils atteignent en quelques jours seulement cette somme, mais avant la fin de la campagne ils réunissent 444.000 euros. Un record ! Forts de ce soutien ils tournent leur film qui sort ensuite au cinéma. Nouvelle surprise : après un lancement médiocre le bouche à oreille fait grimper les courbes de semaine en semaine avant d’atteindre récemment le million d’entrées et d’être couronné par un César !

Une opportunité à saisir

Bien sûr ce succès n’est pas isolé. Il s’inscrit dans un phénomène plus large : l’écologie se transmet désormais à travers la beauté d’un livre, d’un film ou d’une pièce de théâtre. Le film de Yann Arthus Bertrand, Human en est un autre exemple frappant : les témoignages qu’il véhicule donnent envie à chacun de s’identifier à ces personnes – célébrités mais surtout simples citoyens – qui grâce à leurs comportements altruistes et souvent humbles et discrets, font le bien autour d’eux et progressivement changent le monde.

On retrouve aussi ce message dans la pièce de théâtre Terre Noire jouée par Romane Bohringer et Hypolite Girardot où une avocate défend les droits des petits paysans et la protection de la biodiversité. De même, l’éditeur Actes Sud a consacré une collection entière aux « petites actions » qui changent le monde : chacun peut apprendre à mieux cuisiner avec le « Manuel de cuisine alternative », à cultiver son potager avec le livre intitulé « Permaculture » ou même à gérer une entreprise durable avec l’excellent « Syndrôme du poisson lune ». L’écologie, autrefois culpabilisante, laisse place à une vision plus positive : protéger l’environnement n’est pas un sacrifice mais une opportunité à saisir.

Articles sur le même sujet

Commentaires (1) :

  1. BRAKEL -

    Vu hier au cinéma l’excellent film de Martin Esposito « le potager de mon grand père »…

Répondre