[Interview] : Markal célèbre les grands-mères

Markal célèbre les grands-mères

Chaque année, le premier dimanche du mois de mars est l’occasion de célébrer une personne  importante dans l’histoire du lien familial : il s’agit des grands-mères !

A sa création en 1987, le but de cette journée était de redonner toute l’importance qui incombe à une grand-mère au sein de la société ! Nounou après l’école et pendant les vacances, pâtissière et cuisinière, mais aussi médecin … Les grands-mères sont le pilier des familles !

A cette occasion, Markal lève le voile sur une femme ayant joué un rôle majeur dans l’histoire de la société : Madame Markarian, mère des actuels dirigeants Olivier et Franck Markarian. Elle nous parle cependant aujourd’hui d’un rôle différent mais tout aussi important : celui d’être grand-mère !

Comment se sent-on lorsque l’on apprend que l’on va être grand-mère ?

En premier lieu une indicible joie car j’ai eu l’impression que quelque chose allait se poursuivre après nous, j’avais une responsabilité de plus je montais en grade dans la hiérarchie familiale, puis après je me suis retournée sur ma vie et je me suis dit déjà grand-mère comme le temps a passé vite il me semblait que mon fils venait de devenir homme.

Comment vous qualifieriez-vous en tant que grand-mère ?

Je ne suis pas une grand-mère du quotidien, donc je ne suis pas là pour éduquer mes petits-enfants mais pour appliquer les règles de leurs parents en les assouplissant un peu à l’occasion ! Je suis très câline tactile et à la fois je ne me fais pas débordée, j’essaie de gâter mes petits-enfants par de petites attentions et fais en sorte que venir chez « Nani » soit une joie et un plaisir !

Vos petits-enfants vous demandent-ils des recettes spéciales dont vous avez le secret ?

Oui chez « Nani » on mange ma cuisine et en général c’est meilleur que chez maman …! Et pour cause ce sont mes recettes à partir d’une cuisine arménienne adaptée au goût des enfants et qu’ils ne mangent que chez moi.

Les sensibilisez-vous à une alimentation biologique ?

Oui car mes aliments sont d’abord Bio et, éventuellement et exceptionnellement, conventionnels.

Je leur dis que mes fruits, légumes et laitages viennent du magasin CashBio de leur papa et ils sont ravis.

Quelle est la chose la plus importante que vous aimez transmettre à vos petits-enfants ?

L’unité de la famille et le plaisir de se retrouver entre cousins et avec les grands-parents.

Les années passent très vite, les enfants grandissent et lorsqu’ils quittent le giron familial si on ne créer pas de lien, ils n’auront pas envie de revenir.

Quels conseils donneriez-vous aux futures nouvelles grands-mères ?

Soyez à l’écoute de la nouvelle génération, adaptez vos us et coutumes à elle, sinon vous serez dépassées et surtout soyez toujours présentes pour vos petits-enfants.

Quelles étaient vos relations avec vos grands-mères ?

J’ai eu la chance de grandir avec ma grand-mère paternelle qui vivait avec nous. N’oublions pas que mes parents sont des rescapés du génocide arménien et qu’il n’était pas question pour mon père de laisser sa maman veuve, seule et sans ressource. Ce fut une enfance merveilleuse, gâtée, choyée et  pleine d’amour pourtant nous étions très modestes. Ma grand-mère m’a appris à coudre, à tricoter et à broder : elle était très douée de ses doigts ! Ma grand-mère maternelle vivait loin (pour l’époque dans les années 50 de Marseille où je vivais à Paris où elle vivait et sans moyen financier) et je ne la voyais qu’une fois par an mais nos retrouvailles étaient toujours très agréables. Elle me racontait beaucoup d’histoires sur nos us et coutumes arméniennes.

Articles sur le même sujet

Comments (2)

  1. Rodet Francine -

    Bravo Annie-Nani ! Toujours aussi accueillante et « familiale »… Je me souviens d’un jour où je suis arrivée avec … 50 collègues portugais, à la découverte de la bio française, un jour où tu n’en attendais qu’une trentaine… On a rajoué du boulgour, du jus de citron quelques tomates, un peu de basilic… et le tour était joué : en 10 minutes, prête à recevoir tout ce monde…! C’était délicieux !
    Nous aimerions bien vous revoir… peut-être prochainement lors d’un voyage en Drôme… à nouveau depuis le Portugal ! Une grosse bise à toi et à Jacques… et tous nos encouragements à Olivier et Franck ! Bravo pour le travai accompli et l’engagement pour un mieux-être de tous.. et de la Planète !

  2. CHABANNIER -

    Nani est une grand mère extraordinaire comme on en rève qui déborde d’amour pour ses petits enfants qui ont bcp de chance !!

Répondre