Markal dit stop aux idées reçues !

De plus en plus de personnes vous le diront : le Bio a pris l’assaut de leur panier lors des courses alimentaires ! Pourtant, face à cette hausse, des idées reçues persistent et mettent, parfois, à mal la réputation des produits biologiques.

Pour faire suite à sa dernière enquête, Markal vous propose ici de répondre à de nouvelles idées reçues, pour un désir de transparence entre vous et nous !

Idée reçue n°1 : « le bio, ce n’est pas vraiment du bio »

Le doute subsiste chez beaucoup de consommateur : comment cultiver totalement bio quand l’agriculteur d’à côté pollue ? La question est légitime, mais une récente enquête menée par 60 millions de consommateurs conclue qu’on ne trouve pas de résidus de pesticides dans les produits bio (à l’exception de traces non significatives à hauteur de 4% sur les échantillons).

De plus, le niveau de traitement est tel dans l’agriculture conventionnelle que la différence avec ceux qui ne traitent pas se remarque immédiatement.

Idée reçue n°2 : « les produits locaux, c’est aussi bien que le bio »

Pas tout à fait ! Il est tout à fait possible que les cultures locales soient traitées avec des pesticides et autres engrais chimiques. Seul le bio apporte une garantie répondant au strict cahier des charges. Bien sûr, nous soutenons l’idée que « Bio et Local, c’est l’idéal » !

Idée reçue n°3 : « Produit bio … mais pas de contrôle sur place »

Lorsqu’il y a une demande d’établissement d’une certification, comme dans le bio par exemple, il faut savoir que les principaux acteurs (producteurs, transformateurs ou distributeurs) sont soumis à des visites de contrôle. Par exemple, Markal est soumise aux visites de contrôle ECOCERT, afin de garantir une traçabilité complète de ses produits et la transparence envers ses consommateurs.

ECOCERT organise des visites « surprises », notamment en cas de période propice à l’invasion d’insectes. Comme l’explique l’organisme, il s’agit dans ce cas-là de « vérifier que l’opérateur n’utilise pas de pesticides ».

Idée reçue n°4 : « le bio importé n’est pas vraiment bio »

Beaucoup d’hésitations subsistent quant à l’achat de produits bio en provenance de l’étranger. Cependant, la réglementation européenne est identique à tous les pays membres. Ainsi, les produits venant d’Italie sont soumis aux mêmes critères que ceux de la France.

Pour les autres pays, l’importateur doit faire une demande d’autorisation spécifique, et fournir la preuve que le produit se conforme aux exigences de production bio équivalentes à celles de l’Europe.

Articles sur le même sujet

Commentaires (0) :

Répondre