Pourquoi importer des légumineuses bio de Chine ?

L'import des légumineuses dans le bio

L’importation de haricots chinois (mungos, azukis, blancs…) a de quoi surprendre : pourquoi les importer de si loin à l’heure du réchauffement climatique ? Markal fait le point sans détour.

Certains végétaux ne poussent pas en Europe

Pour Markal, la sobriété carbone est une problématique essentielle à l’heure où 10% des émissions mondiales de CO2 sont liées au transport des marchandises. Mais la nature est têtue : les conditions climatiques en Europe ne se prêtent pas à la culture de certaines légumineuses qui nécessitent des températures et des sols adaptés. Elles poussent essentiellement en Asie où leur présence et le savoir-faire des paysans locaux sont séculaires. Or les Européens raffolent de ces graines très tonifiantes et mangent les azukis et autres haricots mungos sous toutes leurs formes. Les vertus écologiques de ces légumineuses font aussi partie des avantages qui séduisent en Europe : leur culture se passe d’engrais chimiques azotés. De même, les citoyens qui souhaitent limiter l’impact écologique de leur alimentation en atténuant leur consommation de viande apprécient la forte teneur en protéines des légumineuses.

Bateau et train plutôt que camion et avion

Pour satisfaire cette demande tout en réduisant la pollution liée au transport, Markal choisit la voie maritime : « La quantité transportée dans un seul bateau est telle que ce trajet depuis la Chine dégage autant de CO2 par kilo de marchandise qu’un trajet Paris-Valence en camion !» affirme Olivier Markarian en reconnaissant que l’empreinte reste supérieure à celle d’un produit local puisqu’un camion doit ensuite prendre le relais pour acheminer les graines du port à l’usine. Cela dit Markal recherche en permanence de nouvelles solutions en ayant recours au ferroutage notamment (thème abordé dans une prochaine newsletter), mais surtout en limitant strictement les importations lointaines aux seuls produits indisponibles localement. « Contrairement à de nombreux importateurs français, nous n’avons jamais acheté de blé canadien par exemple. Nous restons fidèles à nos producteurs drômois et italiens (cf. L’aventure Markal). Et tant que certains produits ne pousseront pas sur notre vieux continent, on n’échappera malheureusement pas à l’importation de quelques produits »

Tout comme Markal, les amateurs de produits locaux peuvent eux aussi valoriser la proximité en se reportant sur des légumineuses Markal type flageolets de Vendée, lentilles vertes et autres lentillons. Nous avons à cœur de proposer une large gamme pour répondre à toutes les sensibilités !

Articles sur le même sujet

Comments (2)

  1. Johanne -

    Bonjour,

    Nous revenons vers vous concernant votre demande sur les origines des produits.

    Pour un même produit, il peut exister plusieurs origines différentes en fonction des approvisionnements.
    C’est pourquoi il peut être mentionné origine UE ou non UE sur les emballages, et pas toutes les origines possibles du produit.
    Si vous nous communiquez le nom d’un produit ou d’un lot d’un produit, nous pourrons plus précisément répondre à votre demande.

    Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire.

    Cordialement,

    L’équipe Markal

  2. Jean-François DANEZ -

    Bonjour je me permets de vous interroger sur la provenance de certains de vos produits. J’ai vu que vous portiez une attention particulière quand aux légumineuses que vous importez de Chinepour rréduire l’empreinte carbone. Je comprends vos préoccupations mais dans ce cas, pourquoi ne pas indiquer la provenance sur l’emballage et jouer franc jeux directement avec le consommateur ? Surtout si vous privilégiez les produits locaux de préférence…. Dixit les lentilles vertes par exemple. Merci pour vos éclaircissements. Bien cordialement JF DANEZ

Répondre