Vive le vrac !

La distribution mixe écologie et économie

Comment réduire à la fois le prix des produits bio et le poids des emballages dans nos poubelles ? En favorisant les aliments vendus en vrac. Cette formule est promise à un bel avenir, même si quelques questions se posent encore.

Quand écologie rime avec économies

Selon une récente étude menée en France, les prix du vrac sont jusqu’à 40% inférieurs aux tarifs des produits pré-emballés (1). Une différence considérable qui rend les aliments bio plus accessibles. Du reste, bien d’autres arguments plaident en faveur du vrac : les consommateurs peuvent choisir exactement la quantité qui leur convient et les témoignages montrent qu’ils jettent moins facilement un aliment acheté sans emballage. Les citoyens ont bien compris la pertinence de cette formule qu’ils plébiscitent.

Une solution à approfondir

Si l’on se place du côté du distributeur, les avantages de ce service s’avèrent moins évidents. Dans une boutique, la mise en place du vrac génère des coûts – notamment pour l’achat des appareils de distribution – et un besoin supplémentaire de main d’œuvre pour les recharges et le nettoyage. L’étude citée plus haut fait remarquer que ces contraintes mériteraient d’être mieux évaluées. Davantage de transparence permettrait de développer le vrac plus largement et de sortir d’une stratégie de niche cantonnée aux adeptes du bio. Face à ces obstacles, Markal a été l’un des premiers fabricants à proposer une formule intermédiaire avec des conditionnements en grande quantité tels que des sacs de 3 et 5 kilos de céréales par exemple. « Cette formule permet de conserver les atouts économiques et écologiques du vrac sans que les distributeurs n’aient à en supporter les conséquences » souligne Olivier Markarian. Ces conditionnements suscitent un véritable enthousiasme qui nous encourage à développer cette forme de distribution porteuse d’avenir, d’autant que les experts voient là un concept très prometteur.

1 : La vente en vrac, Pratiques et perspectives, Ademe et Mescoursespourlaplanète.com, novembre 2012

Articles sur le même sujet

Commentaires (0) :

Répondre