Zoom sur le kaki

Zoom sur le kaki

L’hiver n’est pas la saison la plus appréciée : froid, pluie ou neige, journées courtes … La morosité se fait souvent ressentir à cette période de l’année ! Mais heureusement pour nous, la nature pense à nous prodiguer des soins, et notamment un doux réconfort. Comment ? A travers le kaki bien sûr ! Partons à la découverte de ce fruit qui a été promu fruit national du Japon !

Le kaki, qui est-il ?

Il se dessine dans le paysage triste hivernal de belles rondeurs orangées, solidement agrippées à des branches … Il s’agit là du kaki, fruit méditerranéen dont la couleur vive ravive le paysage et égaye le cœur de la saison. Sa chair, qui peut être fondante ou croquante, vous apportera en bouche une délicieuse saveur parfumée et sucrée.

Malgré la centaine de variétés qu’il existe, on distingue généralement 2 groupes :

  • Le hachiya qui doit absolument être consommé lorsqu’il est très mûr sinon il n’est pas comestible ! Sa chair est tendre et sucrée, tandis que sa peau est fine et lisse ;
  • Le fuyu peut être consommé lorsque sa chair est encore ferme, et sa chair sera tout autant sucrée !

Le kaki est souvent qualifié d’antioxydant, et pour cause : il est source de polyphénols (qui prévient les maladies cardiovasculaires, la formation de tumeurs ou encore l’ostéoporose), caroténoïdes (qui contribuent à l’amélioration du métabolisme et prévient les risques cardiovasculaires), et de vitamines C (qui aident le corps à fabriquer le collagène, indispensable à la formation des ligaments et des os). Source : passeportsante.net

 

Du producteur à notre assiette

Le kaki pousse dans un plaqueminier. D’abord originaire d’Asie, cet arbre s’est ensuite acclimaté au bassin méditerranéen, et on le retrouve aujourd’hui sur les mêmes zones de culture que l’olive par exemple. Fruit très résistant, il ne tombe pas de l’arbre, même à maturité, et c’est avec soin que les producteurs les détachent afin de ne pas abîmer leur peau lisse et brillante.

Avant qu’il atterrisse dans notre cuisine, nous devons veiller à bien le choisir, et surtout bien le conserver ! Tout dépendra du fruit que l’on souhaite consommer :

  • Si c’est un kaki à chair astringente, il faudra le manipuler avec soin car sa peau fine et plus fragile, il se conserve en moyenne deux jours à température ambiante ;
  • Si c’est un kaki à chair ferme, on devra vérifier que son aspect est lisse, sans égratignure, et il se conserve environ une semaine.

Pouvant se manger nature et cru comme dans une salade de fruit, ou à la petite cuillère dans sa chair-même, il s’intègre également très bien à toutes sortes de recettes comme le crumble, en compote, dans un plat sucré-salé (notamment pour les viandes rouges), ou simplement poêlé avec une boule de glace !

Voici une idée de recette concoctée par notre partenaire naturopathe Christine Calvet :

Verrines de tapioca au kaki et baies de goji, gelée aux trois agrumes
Verrines de tapioca au kaki et baies de goji, gelée aux trois agrumes

 

Le saviez-vous ?

Disponible d’octobre à janvier, vous pourrez les congeler ou les déshydrater pour pouvoir en profiter toute l’année !

Articles sur le même sujet

Commentaires (0) :

Répondre